Logo Brainbox Logo brainbox

Quel type de chauffage choisir pour une maison passive ?

Vous avez prévu la construction d’une maison passive ou basse consommation (BBC) ? Une maison passive est un projet de logement qui consomme effectivement très peu d’énergie. Cela n’empêche pas pour autant ses occupants de profiter d’une température adaptée, quelle que soit la saison. Vous souhaitez réaliser des économies aussi bien énergétiques que financières ? Quel type de chauffage est le plus écologique pour ce type d’habitation ? Voici tous nos conseils pour votre projet de maison passive.

quel-type-chauffage-choisir-maison-passive-1

Quelles sont les exigences d’une maison passive ?

Les maisons passives se caractérisent principalement par leur faible consommation d’énergie. En effet, ces logements sont faits pour que leurs occupants bénéficient d’un confort de conception permanent, avec une température suffisamment agréable tout au long de l’année.

Le chauffage se doit d’être une solution écologique et économique, car un tel bâtiment diminue d’environ 80 % la consommation énergétique du foyer. De cette manière, la maison passive est dotée d’une chaudière réduite (un ballon d’eau chaude thermodynamique par exemple). C’est pour cela que pour supporter l’hiver, recourir à un chauffage d’appoint conventionnel sur une courte période est nécessaire.

Le label « Passivhaus » est d’origine allemande. Pour en bénéficier, quatre points importants sont à respecter : l’isolation, la ventilation, les ponts thermiques et l’orientation de la maison. Sans oublier que ces logements doivent avoir une consommation d’énergies primaires (gaz, bois, etc.) en dessous de 120 KWH /m²/ an, tout en étant étanches à l’air. En ce qui concerne la consommation de chauffage, elle se doit d’être faible et de ne pas dépasser 15 KWH /m²/ an.

Les maisons passives de construction récente sont capables de conserver ces objectifs de performances aussi bien dans un climat rude que dans un climat méridional. Cela correspond à l’ensemble de la zone comprise entre Stockholm et Madrid. Concernant le chauffage, la facture de consommation énergétique varie entre 10 et 25 euros par mois, ce qui est relativement moins cher qu’une maison basse énergie (maison BBC), de 40 à 65 KWH /m²/ an, en sachant que le confort y est bien meilleur.

Si vous souhaitez atteindre ces objectifs, plusieurs solutions s’offrent à vous.

La pompe à chaleur : le must have d’une maison passive

La caractéristique principale d’une maison passive, c’est son isolation parfaite. Le besoin en chauffage est forcément diminué, et pour atteindre facilement le cap des 15 KWH /m²/ an, il est recommandé de favoriser des équipements soumis aux systèmes d’énergies renouvelables, tels qu’une pompe à chaleur.

Ce type d’appareil dispose en plus de plusieurs options de chauffage : eau-eau, air-eau ou encore air-air. Extrêmement performant et efficace dans le cadre d’une maison totalement isolée, les pompes à chaleurs disposent d’un bilan thermique exemplaire. C’est l’une des solutions de chauffage les plus efficaces et les plus agréables pour une maison passive.

Ce sont les pompes à chaleur air-eau qui se prêtent le mieux à une habitation passive, car elles peuvent s’installer directement sur un chauffage existant. De plus, elles peuvent aussi chauffer l’eau sanitaire. De leur côté, les pompes à chaleur air-air vont dépolluer et purifier l’air ambiant. Cela évite par la même occasion que de l’humidité apparaisse. Ce sont les modèles les moins chers pour ce type d’installation. Une pompe à chaleur fonctionne dans 70 % des cas grâce à une énergie renouvelable.

Le système de la PAC peut généralement se contrôler depuis un smartphone. Bref, pour le chauffage d’une maison passive, la pompe à chaleur fait partie des solutions à privilégier.

Le chauffage solaire : le choix de l’énergie passive naturelle

L’énergie provenant du soleil est parfaite pour engendrer une production calorifique suffisante et écologique. Pour ce type de système, il faut tout de même compter une consommation comprise entre 10 et 25 KWH /m²/ an. La facture reste divisée par deux en comparaison d’une installation traditionnelle.

Il est aussi possible d’installer plusieurs panneaux solaires directement sur le toit de votre maison passive, en sachant que ce sont eux qui captent les rayonnements solaires pour les transformer en énergie.

Le chauffage au bois : le système thermique incontournable

Le prix du bois reste un très bon indicateur des atouts de ce type de chauffage. De plus, un poêle à bois est facile d’entretien et ne demande pas d’alimentation électrique. Si le bâtiment dispose d’une bonne isolation, un poêle seul peut suffire pour que la chaleur reste agréable à l’intérieur. Vous pouvez tout de même le coupler avec une VMC double flux, pour répartir le chauffage avec plus d’efficacité dans toute la maison. Côté investissement, pour un bâtiment de 120 m² par exemple, la dépense en chauffage peut s’élever aux alentours de 320 euros par an environ. Pour réaliser un maximum d’économie, le duo panneaux solaire-bois reste la meilleure solution.

Une chaudière à pellets, alimentée mécaniquement en granules de bois provenant de déchets de scieries, est également une excellente alternative.

quel-type-chauffage-choisir-maison-passive-2

La chaudière à condensation : l’appoint à ne pas négliger

Ce type d’appareil, qu’il soit au fioul ou au gaz, est capable de faire économiser entre 20 et 30 % comparé à des systèmes plus anciens. De plus, leur pouvoir calorifique inférieur (PCI) va au-delà des 100 %. Si vous couplez votre chaudière à condensation avec un plancher chauffant, votre rendement n’en sera que plus optimisé.

Les 4 critères de performance d’une maison passive

De manière générale, 4 indices de performance vont donner l’opportunité de déterminer si une maison est en mesure d’obtenir le label « Bâtiment Passif / Passivhaus » :

  •   l’étanchéité de l’enveloppe, qui doit correspondre à n50 ≤ 0,6 h-1 ;
  •   le besoin en chauffage < 15 KWH /m²/ an ;
  •   le besoin en énergie primaire totale (incluant l’eau chaude sanitaire, le chauffage, l’électroménager et l’électricité du foyer) < 120 KWH /m²/ an ;
  •   moins de 10 % d’heures de surchauffe à l’année (> 25 °C).

Pour que le confort soit à son maximum aussi bien l’hiver que l’été, une maison passive doit absolument éviter toute perte de chaleur non contrôlée. Pour cela, l’étanchéité à l’air est essentielle, car la maison passive ne tolère pas les ponts thermiques, à savoir les espaces du bâtiment où la chaleur s’échappe inutilement. La plupart du temps, cette déperdition est due à l’assemblage des éléments porteurs du bâtiment, qui s’avèrent non étanches à l’air. Grâce à la maison passive, ces zones de réduction de chaleur disparaissent en théorie définitivement.

En clair, une maison passive, c’est :

  • des fenêtres dites « chaudes » ;
  • une isolation renforcée ;
  • une ventilation avec récupération de chaleur (VMC) ;
  • la suppression des ponts thermiques ;
  • une étanchéité à l’air parfaite ;
  • le perfectionnement de l’accumulation solaire gratuite.

Il est toutefois recommandé d’utiliser des appareils électriques peu gourmands en énergie.

La maison passive reste financièrement le meilleur compromis pour un projet de construction, entre investissement et coût total d’exploitation. Toutefois, quel que soit votre choix de système de chauffage, ne négligez pas l’objectif premier d’une maison passive. Privilégiez une solution de chauffage écologique et économique pour respecter l’environnement.

Nous vous recommandons ces autres pages :

45 ans … Ça se fête !
Découvrez nos actions
en février 2024