Logo Brainbox Logo brainbox

Réaliser soi-même l’installation électrique de son domicile est possible. Pour mener à bien ce projet, il est évidemment nécessaire de s’équiper des appareils permettant de bénéficier du confort électrique requis dans les différentes pièces du logement. Il faut ensuite suivre scrupuleusement certaines étapes indispensables et utiliser le matériel adéquat pour réussir cette mise en place technique. L’installation électrique doit également respecter les normes de sécurité en vigueur dans la réglementation. C’est une condition sine qua non, car une conformité du système électrique domestique est obligatoire avant sa mise en fonctionnement, et ce, pour la protection des personnes occupant le logement.

quel-equipement-minimum-requis-faire-installation-electrique-1

Quels appareils doivent obligatoirement figurer dans une installation électrique ?

Pour la mise en place d’une installation électrique basique, certains appareils sont indispensables. Il s’agit des éléments suivants : 

  • le compteur électrique, qui sert à calculer la consommation électrique en kWh (kilowatt-heure) du logement ;
  • le tableau électrique, qui regroupe les différents circuits d’électricité, ainsi que les systèmes de protection inhérents à ce réseau électrique. Cet équipement, en forme d’armoire ou de coffre, doit être accessible et pour cela, doit être installé à une hauteur d’environ 1,5 m ;
  • les disjoncteurs ou les fusibles à implanter au niveau du tableau électrique, des appareils qui assurent une protection des différents circuits électriques installés. Chaque circuit doit posséder un disjoncteur ou un fusible adapté à son calibre ;
  • les appareils différentiels, qui doivent être intégrés à l’installation électrique pour prévenir tous risques d’électrocution. Un interrupteur différentiel de 300 mA (milliampère) doit être placé sur l’installation, afin que l’alimentation soit coupée en cas de détection de fuites. Pour une protection complète, des différentiels de 30 mA doivent obligatoirement être rattachés aux circuits électriques d’une salle de bain et aux circuits reliant des équipements utilisant l’eau, comme le lave-linge ou le lave-vaisselle ;
  • les prises de courant avec terre, qui permettent d’alimenter directement les équipements électriques du quotidien dans les différentes pièces d’un logement. Il est nécessaire de prévoir un nombre suffisant de prises pour assurer un large confort et une sécurité optimale aux occupants de l’habitation. Il est ainsi conseillé d’installer au minimum 5 prises dans le salon, 3 dans chaque chambre et 6 dans la cuisine ;
  • les interrupteurs, en sachant qu’un par pièce suffit. Il peut être complété par un deuxième dans certaines grandes pièces. Leur installation doit se faire à une hauteur comprise entre 0,9 m et 1,30 m. 

Le matériel nécessaire pour faire une installation électrique basique

Des accessoires sont également indispensables pour réaliser les différents circuits de son installation électrique. Ce matériel correspond :

  • aux fils en cuivre rigide. Leur utilisation impose de respecter un code couleur particulier. Un fil neutre est impérativement bleu, un fil de terre doit être bicolore vert et un fil de phase est souvent rouge, marron ou noir ;
  • aux gaines, car les fils sont insérés dans celles-ci pour permettre une installation encastrée ;
  • aux boîtes d’encastrement, qui participent aussi à une installation discrète de l’équipement électrique ;
  • aux boîtes de dérivation, qui servent à raccorder les fils du tableau électriques et les différents appareils de l’installation ;
  • aux bornes de raccordement, qui permettent de raccorder différents types d’appareils.

Quelles sont les différentes parties composant le schéma d’une installation électrique ?

Pour réussir son installation électrique, il est impératif de structurer son plan. D’ailleurs, les circuits d’éclairage doivent être dissociés des circuits de prise de courant. D’autres circuits viennent aussi s’ajouter au schéma d’une installation électrique domestique. On distingue ainsi :

  • les circuits d’éclairage, qui doivent être 2 au minimum dans une installation électrique. Ils permettent l’alimentation de tous les luminaires du logement. Leurs fils doivent avoir une section minimale de 1,5 mm2 et être protégés par un disjoncteur 16 A (ampère) ou un fusible 10 A ;
  • les circuits de prises, qui fournissent l’alimentation des prises de courant de l’habitation, sauf celles dédiées à un appareil. Les fils conducteurs de ces circuits doivent avoir une section minimale de 2,5 mm2 et être protégés par un disjoncteur 20 A ou un fusible 16 A ;
  • le circuit cuisson qui, comme son nom l’indique, est destiné à l’alimentation d’une plaque de cuisson ou d’une cuisinière. Les fils conducteurs de ces circuits doivent avoir une section minimale de 6 mm2 et être protégés par un disjoncteur 40 A ou un fusible 32 A ;
  • les circuits spécialisés, car chacun d’eux alimente un appareil unique de type électroménager (lave-linge, four, etc.) ou lié au chauffage, comme une chaudière par exemple. Le disjoncteur relié à ce type de circuit doit être de 20 A, soit une équivalence de 16 A pour un fusible ;
  • les circuits de chauffage, qui servent à l’alimentation des appareils de chauffage électrique fixes. Les fils conducteurs de ces circuits doivent avoir une section minimale de 2,5 mm2 et être protégés par un disjoncteur 20 A ou un fusible 16 A, comme pour les circuits de prise.

quel-equipement-minimum-requis-faire-installation-electrique-2

Comment faire un plan pour son installation électrique ? 

Les étapes à suivre pour son faire son installation électrique soi-même sont les suivantes :

  • la conception du plan, nécessaire pour définir l’emplacement des différents éléments composant cette installation, comme les prises de courant, les interrupteurs ou encore le tableau électrique. Il suffit d’une feuille de papier quadrillé, d’une règle, d’un crayon et de feutres de différentes couleurs pour réaliser ce plan ;
  • les travaux, car l’élaboration d’un plan précis permet de lancer le chantier électrique nécessaire dans les différentes pièces du logement. Après une phase de gros œuvre, ces travaux se concluent par la pose des prises, des interrupteurs et des luminaires indispensables pour l’éclairage du logement ;
  • le raccordement, une dernière étape qui permet de connecter les câbles des différents circuits électriques et de les rendre fonctionnels. C’est aussi cette étape qui marque la réalisation du tableau électrique.

Les normes RGIE à respecter pour faire soi-même son installation électrique

En Belgique, la réalisation d’une installation électrique domestique doit respecter scrupuleusement les normes de sécurité régies par le règlement général sur les installations électriques (RGIE).

Cette réglementation impose de relier toutes les canalisations et structures métalliques du logement à la borne principale de la terre pour des raisons de sécurité. Dans une pièce sensible comme la salle de bains, les précautions à prendre sont plus grandes, avec l’obligation de protéger le circuit électrique dédié avec un appareil différentiel 30 mA.

En outre, le tableau électrique doit comporter un disjoncteur ou un coupe-circuit à fusibles pour chaque circuit, afin de limiter les risques d’incendie. Avant la mise en usage de son installation électrique, il est impératif de faire réaliser un contrôle de conformité par un organisme de contrôle agréé. Il faut présenter le schéma unifilaire et le schéma de situation à cet organisme, qui doit contrôler que l’installation est bien conforme à la réglementation belge. Si tout est en règle, l’organisme délivre un certificat de conformité électrique valable 25 ans.

Nous vous recommandons ces autres pages :