Logo Brainbox Logo brainbox

Comment tester son installation sanitaire ?

Que vos canalisations soient récentes ou anciennes, il est bon de savoir comment tester son installation sanitaire pour constater l’état de la tuyauterie. Le dispositif est-il étanche ? La pression de l’eau est-elle bonne ? Et si ce n’est pas le cas, comment la régler ? Sans oublier qu’il est important de savoir comment repérer une fuite d’eau avant que cela ne dégénère. Car non seulement la fuite d’eau est désagréable, mais si en plus cela doit mettre en péril toute l’installation sanitaire, mieux vaut agir le plus tôt possible. Tout vous est expliqué ici.

Comment tester son installation sanitaire ?-1

Comment tester l’étanchéité de la plomberie ?

Un test d’étanchéité permet de constater l’état des tubes de canalisations, grâce à différentes opérations de mise en pression. L’objectif est d’accomplir une analyse précise de l’installation sanitaire pour assurer son bon fonctionnement. Les professionnels ont le choix entre plusieurs méthodes pour réaliser ce test.

Le test d’étanchéité à l’eau

Cette méthode permet de jauger l’étanchéité des tubes de canalisations en injectant dans le circuit de l’eau à haute pression. Ce test se fait sous 48 heures et détermine les éventuelles fuites ou engorgements.

Le test d’étanchéité à l’air

Aussi exécutée en 48 heures, cette méthode réside dans le fait d’injecter de l’air sous une pression de 0,5 à 1 bar. Le but reste identique : repérer des fuites ou des bouchons dans les canalisations. Pour faire ce test, l’intervention d’un plombier agréé est nécessaire : il génère la mise en condition initiale de l’installation sanitaire, enchaîne avec le test de chute de pression, avant de terminer en décryptant les données.

Quelle que soit la technique utilisée par le professionnel, l’objectif demeure le même : tester l’étanchéité de l’installation sanitaire pour que tout fonctionne correctement.

Comment faire un test de pression d’eau de son installation sanitaire ?

Pour tester la pression d’eau de son installation sanitaire, le meilleur outil reste un manomètre simple et souvent peu coûteux. On en trouve dans n’importe quel magasin de matériel de bricolage ou de rénovation. Il est conseillé d’en choisir un avec un filetage femelle pour simplifier le raccordement, ainsi qu’avec un joint en caoutchouc pour que le joint soit étanche. Enfin, il doit pouvoir mesurer jusqu’à 300 livres par pouce carré.

Une fois en possession de l’accessoire, il ne reste plus qu’à suivre ces étapes pour tester la pression d’eau de l’installation sanitaire :

  1. Couper l’eau à l’intérieur et à l’extérieur du logement : fermer tous les robinets, le lave-vaisselle, la machine à laver, les gicleurs et la pomme de douche. Si l’eau continue de circuler quelque part dans le système de plomberie, la pression d’eau en serait diminuée.
  2. Installer l’appareil à un robinet ou un bavoir en dehors de la maison : si l’eau est raccordée à un service public municipal, il faut alors choisir le plus proche du compteur d’eau. Pour les propriétaires de puits, il faut sélectionner le bavoir le plus proche du réservoir de pression du puits.
  3. Serrer le manomètre à la main avant d’ouvrir un robinet à fond : si une fuite est repérée en faisant cela, il faut alors fermer le robinet et serrer l’appareil avec une pince. Pour que la lecture des résultats soit précise, une étanchéité parfaite est recommandée.
  4. Consulter la jauge de l’appareil pour déterminer la pression : un résultat convenable se situe entre 45 et 55 psi (livre par pouce carré). Si la pression des canalisations est en dessous de 40 psi ou au-dessus de 80 psi, il faut envisager un réajustement de la pression.

Comment régler la pression d’eau de sa plomberie ?

Le réglage de la pression d’eau dans une installation sanitaire est parfois nécessaire. Si elle est trop forte, il faut alors prévoir la mise en place d’un régulateur de pression sur la conduite d’eau pour que le débit maximal atteigne 75 psi. Si ce type d’accessoire est déjà présent sur le système, la pression doit quand même être testée régulièrement, car un régulateur peut tomber en panne.

Si la pression d’eau dans les canalisations est trop basse, il convient de vérifier l’état du régulateur, s’il y en a un. Il doit être réglé par défaut à 50 psi. Si ce n’est pas le cas, il faut ajuster la vis du haut pour améliorer la pression. Si l’appareil est absent ou ne présente aucun problème, le service municipal d’eau peut être à l’origine du déversement d’un faible débit au foyer concerné. Il faut alors installer un surpresseur qui permettra d’améliorer le débit chaque fois qu’un robinet est ouvert.

Si la pression d’eau constatée dans les canalisations est bonne, il n’y a alors rien de particulier à faire, mis à part patienter quelques mois jusqu’au prochain test.

Comment tester son installation sanitaire ?-2

Comment repérer une fuite d’eau dans son installation sanitaire ?

La première indication d’une fuite d’eau est repérable sur le montant des factures d’eau. Lors du relevé, si la consommation d’eau du foyer semble trop haute, il faut alors rapidement vérifier l’état des tuyaux. D’autres indices peuvent annoncer une fuite, avant d’avoir à en payer le prix. Même minimes, elles sont en mesure de causer de gros dégâts d’humidité. Il peut s’agir :

  • d’une tache d’humidité sur une partie très localisée d’un mur intérieur : il est fort probable que cela cache une canalisation défectueuse juste derrière ;
  • d’une tache d’humidité verte, jaunâtre ou brune, avec des contours très marqués : cela peut indiquer qu’il y a eu beaucoup d’eau à cet endroit. Si ce genre de tache apparaît sur un plafond ou sur un mur, il peut s’agir d’une fuite accidentelle. L’humidité ambiante aurait développé la tache plus discrètement et plus lentement ;
  • d’un matériau qui commence à se déformer ou à se gondoler devant une canalisation, ou de la peinture s’effrite ;
  • de l’eau qui coule le long des murs.

Les taches d’humidité engendrées par une canalisation qui éclate sont impressionnantes. En cas de repérage d’une fuite d’eau dans l’installation sanitaire, il faut agir sans tarder, afin d’éviter de gros dégâts. Dans ce cas, il est important de contacter son assurance, car ce type de sinistre est la plupart du temps couvert.

Comment tester un circuit de chauffage ?

Pour tester un circuit de chauffage, quatre méthodes sont envisageables, aussi efficaces les unes que les autres.

Une caméra technique permet de visualiser les éventuelles pertes de chauffage et donc d’eau chaude. L’épanchement forme une tache sur la caméra thermique, ce qui est signe d’une fuite.

Il est aussi possible de tracer et repérer un tuyau de chauffage en faisant passer du courant de type 8 kHz ou 33 kHz dans les tubes des canalisations. Une fois terminé, il est possible de connaître avec exactitude le cheminement des tuyaux pour réaliser le diagnostic de recherche des fuites.

Le gaz traceur, composé d’azote et d’hydrogène, est injecté dans le circuit de canalisation. Le professionnel peut ainsi détecter les gaz inertes et l’endroit précis de la fuite.

Enfin, l’électroacoustique permet de détecter une fuite par résonance sonore. Plus on est proche de la fuite, plus le bruit est particulier et reconnaissable.

Nous vous recommandons ces autres pages :

45 ans Brainbox
Actions fête des pères
en juin 2024