Logo Brainbox Logo brainbox

Une VMC tourne-t-elle en permanence ?

En Belgique, les constructions neuves d’habitations ou subissant des travaux de reconstruction ont pour obligation d’être équipées d’un système de ventilation. La ventilation mécanique contrôlée (VMC) est incontournable dans ce champ. Les différents modèles de VMC assurent le renouvellement de l’air intérieur et permettent ainsi de garantir la santé et le confort des occupants, notamment dans les pièces humides.

Les réglages de la VMC doivent lui permettre de tourner en permanence pour remplir ce rôle. Le mécanisme de ce système permet de comprendre l’importance de son fonctionnement permanent. L’interruption de sa VMC reste exceptionnelle. Toutefois, il est possible de recourir à une ventilation mécanique ponctuelle (VMP) dans certains cas. Un petit tour d’horizon des opportunités offertes s’impose.

Est-ce qu'une VMC tourne en permanence ?-1

Comment marche une VMC ?

La pose d’une VMC repose sur un système mécanique, qui se compose d’un circuit permettant l’évacuation de l’air vicié provenant de l’intérieur du logement et l’entrée d’un air sain issu de l’extérieur. Il existe plusieurs types de VMC, mais le principe est toujours le même.

Le principe d’une ventilation mécanique contrôlée (VMC)

L’installation d’une VMC doit être effectuée dans chaque pièce d’une habitation. En effet, la qualité de l’air doit être irréprochable dans tout le logement. Il en va de la santé de ses occupants.

Une ventilation permet d’assainir l’air tout en évitant la formation de moisissures dans les pièces humides comme la cuisine et la salle de bains. Un modèle de VMC doit être choisi en fonction de la pièce dans laquelle il sera installé. Ainsi, la VMC installée dans une pièce comme la salle sera forcément différente de celle choisie pour ventiler une pièce à vivre comme le séjour. Les besoins de chaque pièce doivent être pris en compte, tout comme le mode de pose de la VMC. Le critère du budget est aussi à prendre en compte, car les prix diffèrent selon les types de VMC.

VMC simple flux, VMC double flux : quelle VMC choisir ?

On distingue les types de VMC suivants :

  • la VMC à simple flux. Il s’agit du système de ventilation le plus courant. Il est doté de bouches d’extraction autoréglables et d’un moteur chargé d’extraire l’air vicié provenant de l’intérieur du logement ;
  • la VMC hygroréglable. Le mécanisme est similaire à celui de la VMC à simple flux avec des bouches d’extraction. La différence de cette VMC autoréglable réside dans la possibilité de régler le débit d’air en fonction de l’hygrométrie, soit le taux d’humidité dans l’air ;
  • la VMC à double flux. Ce système de ventilation, plus complexe et plus cher, se compose de deux réseaux de circulation d’air avec une entrée d’air principale et un circuit d’extraction passant par le même emplacement principal ;
  • la VMC double flux thermodynamique. Il s’agit de l’association d’une VMC double flux et d’une pompe à chaleur géothermique. C’est l’idéal pour faire des économies d’énergie sur la durée.

Est-ce qu’une VMC doit tourner en permanence ?

En principe, une VMC doit fonctionner en continu. Jour et nuit, ce système de ventilation doit permettre le renouvellement de l’air ambiant dans chaque pièce de l’habitation. Une ventilation permet aussi de profiter d’une température agréable dans le logement. Certaines VMC disposent d’une double vitesse. Il est donc possible de régler la VMC sur une vitesse basique ou une vitesse plus rapide destinée à faire évacuer plus rapidement des odeurs ou de la vapeur d’une pièce.

Pourquoi la VMC ne s’arrête-t-elle pas ?

Il est déconseillé d’arrêter une VMC en cours de fonctionnement, car des moisissures risquent de se former au niveau des gaines. C’est donc à éviter si l’on souhaite profiter d’un air intérieur sain à chaque instant. Même lorsqu’un logement est inoccupé, cette aération est primordiale pour contrer la pollution de l’air induite par les matériaux de construction et le mobilier.

Quand éteindre sa VMC ?

Il existe une exception. Dans le cas d’un incendie dans le voisinage, il est possible d’éteindre la ventilation afin de ne pas faire entrer de l’air toxique dans le logement. Il en est de même dans le cas d’émanation de vapeurs toxiques à proximité. Même si les modèles actuels de VMC sont munis de filtres empêchant la pénétration d’émanations toxiques, cette précaution reste d’usage.

Même si l’on est dérangé par le bruit du moteur occasionné par la VMC, il ne faut pas couper le système. Pour réduire les nuisances sonores, il est possible de :

  • placer un silencieux ;
  • prévoir une suspension élastique ;
  • diminuer les dimensions des aspirations ;
  • réduire le débit ;
  • modifier la disposition de l’installation des bouches d’extraction.

Est-ce qu'une VMC tourne en permanence ?-2

Le cas de la ventilation mécanique ponctuelle (VMP)

Tous les types de VMC listés ci-dessus sont destinés à fonctionner en permanence. Un autre type de ventilation offre la possibilité de ventiler une pièce de son choix de manière intermittente. C’est le cas de la ventilation mécanique ponctuelle (VMP). Elle se matérialise par des aérateurs individuels placés à proximité d’une source de pollution.

Cette ventilation ne se déclenche que durant l’émission d’une pollution comme des vapeurs d’eau. La mise en marche peut se faire :

  • manuellement ;
  • simultanément au déclenchement de l’éclairage ;
  • avec une temporisation ;
  • en fonction de l’humidité ;
  • par détection d’une présence.

Ce système permet d’opter pour un investissement à moindre coût comparé à la VMC. La flexibilité de cette solution est aussi intéressante. Toutefois, la VMP ne peut pas assurer l’intégralité du renouvellement de l’air dans un logement. De plus, ses performances énergétiques sont moins bonnes que celles de la VMC. La VMP vient donc surtout en complément d’un autre système de ventilation.

La VMP : une solution contre l’humidité dans la salle de bain

L’installation d’une VMP dans une pièce comme la salle de bain est appropriée. Dans cette pièce humide, la ventilation va agir contre l’humidité. Cette aération est indispensable, car une accumulation d’humidité peut être à l’origine de moisissures et de champignons, pouvant entraîner l’apparition de maladies respiratoires chez les occupants du logement. Une bonne ventilation en fonction de l’humidité de la pièce va permettre le renouvellement de l’air et donc assurer une atmosphère pure et saine.

Dans une salle de bain, la VMP va se mettre en route dès la détection d’humidité. Durant l’émission de vapeurs d’eau, l’extracteur d’air va expulser l’air intérieur pollué vers l’extérieur. En parallèle, l’air extérieur va être aspiré vers l’intérieur de la pièce. L’installation d’une VMP nécessite donc la mise en place d’un extracteur, qui doit être placé en hauteur dans la pièce. Une grille d’aération peut aussi être installée pour l’arrivée d’air, mais elle n’est pas indispensable s’il existe un espace d’au moins 2 cm sous la porte d’entrée de la pièce. L’extraction de l’air avec une VMP peut être directe ou passer par un conduit d’aération. Dans le cas d’une extraction directe, il suffit d’encastrer une simple hélice dans le mur.

Comme dans le cas d’une VMC, il reste à assurer son entretien régulièrement pour garantir son bon fonctionnement sur le long terme.

Nous vous recommandons ces autres pages :

45 ans Brainbox
Actions fête des pères
en juin 2024