Logo Brainbox Logo brainbox

Comment faire une conduite d’eau enterrée pour une installation sanitaire ?

La réalisation d’une conduite d’eau enterrée demande une précision méticuleuse. Ces travaux doivent garantir une installation sanitaire fiable et optimale. Cela exige de suivre un processus rigoureux et de respecter la réglementation belge en vigueur concernant la profondeur de pose de la conduite d’eau et les matériaux utilisés pour sa conception. Par ailleurs, il est parfois nécessaire de connaître l’emplacement d’anciens tuyaux enterrés, notamment dans le cadre d’une rénovation. Il est aussi important d’apporter un soin attentif au choix des tuyaux utilisés pour la mise en place d’une conduite d’eau enterrée. Un exposé des différentes phases induites par ces travaux s’impose.

Sanitaires : comment faire une conduite d'eau enterrée ?-1

Conditions de réussite d’une installation sanitaire avec une conduite d’eau enterrée

Pour réaliser avec succès une conduite d’eau enterrée, il est essentiel de procéder avec méthode et rigueur. Ainsi, il est primordial de suivre les étapes suivantes.

  1. Le tracé de la conduite d’eau. Avant le lancement des travaux, il est nécessaire de faire une reconnaissance du terrain en partant des plans du projet établis en amont. Il s’agit de matérialiser l’emplacement des différents ouvrages enterrés, comme le réseau électrique, et de reporter le tracé de la future canalisation d’eau.
  2. L’exécution de la tranchée. Cette phase consiste en l’ouverture de la fouille dans laquelle sera enterrée la conduite d’eau.
  3. La mise en œuvre du réseau de tuyautage. L’état des différentes pièces nécessaires à la réalisation de cette installation doit être minutieusement contrôlé. Après vérification, les tuyaux peuvent être descendus dans la tranchée, à l’aide d’une pelle mécanique par exemple.
  4. L’enrobage de la canalisation. L’enveloppement des tuyaux doit se faire délicatement avec des couches compactes de terre. Le calage de la conduite doit être assuré.
  5. La désinfection du réseau. Cette étape signe la fin des travaux de réalisation d’une conduite d’eau. Elle permet la mise en service du réseau d’eau potable. L’acheminement de l’eau peut démarrer.

L’équipement utile pour l’installation d’une conduite d’eau enterrée

Il est tout à fait possible de faire appel à un professionnel pour la mise en œuvre de ce chantier complexe, qui demande l’emploi de divers accessoires en plus des tuyaux. Si l’on choisit de faire appel à un plombier, il faut ainsi prendre en compte le prix du matériel dans le coût global de la prestation, incluant également la main-d’œuvre.

Quels tuyaux choisir pour amener l’eau à l’intérieur ?

En Belgique, des préconisations entourent les matériaux des tuyaux utilisés pour une installation sanitaire. Ainsi, les tuyaux en plombs doivent être changés le plus rapidement possible. Ce métal était utilisé dans les anciennes habitations, jusqu’en 1970. Néfaste pour la santé, il est fortement conseillé de ne pas l’utiliser pour une conduite d’eau. Cela impose de mener des travaux de modernisation.

À la place, il est possible d’utiliser les matériaux suivants :

  • l’acier galvanisé : ces tuyauteries et raccords d’acier sont recouverts d’une couche de zinc antirouille ;
  • le cuivre : pour l’utilisation de cette matière, il est notamment important de prévoir des espaces de dilatation pour faire face aux montées de température ;
  • les matériaux synthétiques en plastique comme le polybutylène (PB) ou le polypropylène (PP) : ce type de matière est de plus en plus plébiscité dans la plomberie sanitaire grâce à ses atouts économique, esthétique et durable.

Le Centre scientifique et technique de la construction (CSTC) belge détaille les différentes recommandations à suivre pour chaque type de matériau et précise des directives pour créer un bon circuit de conduite d’eau enterrée. Il est notamment interdit de placer les éléments en cuivre (tubes, réservoirs, échangeurs) en amont de tubes ou d’équipements en acier sur un circuit de canalisation d’eau sanitaire.

Quels tuyaux choisir pour conduire l’eau à l’extérieur ?

L’évacuation des eaux usées nécessite la mise en place de tuyaux capables de supporter de fortes chaleurs. En effet, les eaux usées, provenant de la cuisine par exemple, peuvent avoir une température très élevée.

L’acier galvanisé n’est plus recommandé pour le transport de l’eau chaude sanitaire dans une installation équipée d’une douche, car la légionelle peut s’y développer. Les tuyaux en plastique sont favorisés. Pour faire face à la chaleur, les tuyaux en PVC doivent avoir une face interne nervurée pour obliquer l’eau et empêcher le risque de désiphonnage à l’origine de mauvaises odeurs.

Comme pour des tuyaux en cuivre, tout aussi adaptés à l’évacuation des eaux usées, il est important de placer des joints de dilatation sur ce réseau de canalisation, afin de faire face au changement de dimensions induit par la chaleur de l’eau.

Quels sont les autres éléments indispensables ?

Parmi les accessoires nécessaires, on retrouve plusieurs éléments servant à la création d’un circuit de tuyaux comme :

  • des raccords en forme de T pour effectuer un raccordement entre une conduite verticale et une conduite horizontale ;
  • des courbes de raccordement pour définir une courbe à la tuyauterie ;
  • des doubles manchons pour réaliser des raccords entre deux tuyaux d’un même diamètre.

Le matériel nécessaire à la réalisation d’une conduite d’eau enterrée comprend également des accessoires utiles au bon fonctionnement de l’installation, comme :

  • des joints d’étanchéité pour éviter les fuites ;
  • un clapet antiretour pour éviter des refoulements d’eau accidentels ;
  • une gaine tire-fil pour protéger les câbles ;
  • un caniveau pour recueillir l’eau de pluie.

Sanitaires : comment faire une conduite d'eau enterrée ?-2

Quelle profondeur pour une canalisation d’eau ?

Il est impératif de créer la tuyauterie d’une canalisation d’eau à une certaine profondeur, définie par les normes en vigueur.

Cette profondeur tient compte du niveau de gel. Elle varie selon la zone d’habitation. En Belgique, il faut prévoir 80 cm de profondeur au minimum. Cette règle du niveau de gel a pour objectif de faire face aux effets des cycles de gel et dégel, ainsi qu’au gonflement et retrait du sol environnant, qui peuvent créer des tassements et des déformations néfastes pour le tuyau de canalisation d’eau.

Il est judicieux de creuser au-delà de 1 mètre afin d’avoir une marge de sécurité.

Comment savoir où passe une canalisation sous terre ?

La mise en œuvre d’une tranchée de conduite d’eau doit également tenir compte de la présence éventuelle d’autres réseaux souterrains (gaz ou électricité). Il est donc important de connaître la localisation des autres canalisations présentes sur son terrain. Cela est également nécessaire dans le cadre de travaux de rénovation.

Il est possible de détecter les canalisations existantes par le biais d’appareils de localisation. Il existe différents types d’appareils. Certains fonctionnent par acoustique, d’autres grâce à une méthode électromagnétique, tandis que certains appareils fonctionnent à l’aide de fréquences radioélectriques ultra-élevées. Ces derniers permettent de détecter tous types de matériaux, y compris le plastique, contrairement à la méthode électromagnétique qui ne permet d’identifier que les métaux. Quant à la méthode acoustique, elle s’avère de plus en plus désuète.

Nous vous recommandons ces autres pages :

45 ans … Ça se fête !
Découvrez nos actions
en février 2024