Logo Brainbox Logo brainbox

Installer une VMC : tout ce que vous avez toujours voulu savoir

L’air que vous respirez chez vous est beaucoup plus vicié que vous l’imaginez. Contrairement à ce que vous pensez, l’air de votre intérieur affiche un taux de pollution bien plus élevé que l’air extérieur. Les principaux responsables sont les matériaux utilisés pour la construction, la décoration ou l’ameublement de votre maison, mais aussi le tabac, certains produits ménagers et vos animaux domestiques. Comme le préconise notre guide ventilation et sanitaire, il est absolument nécessaire de renouveler en permanence l’air de votre habitation, pour en extraire l’humidité et la pollution, tout en évitant la prolifération de certaines bactéries. Ce n’est qu’à cette condition que vous profiterez d’un environnement domestique sain.

Quelle est alors la meilleure solution pour préserver la qualité de l’air ? C’est bien l’installation d’une VMC, une ventilation mécanique contrôlée. Voici donc tout ce que vous devez savoir avant d’installer votre VMC.

Tout savoir sur l'installation d'une VMC-1

Une VMC, comment ça marche ?

Une VMC, ventilation mécanique contrôlée, est constituée d’un moteur qui aspire l’air intérieur des pièces les plus humides (cuisine, toilettes et salles de bains) pour l’évacuer vers l’extérieur. Elle comprend aussi des bouches d’aération placées dans les chambres ou le salon, pour faire entrer l’air extérieur. Il s’agit d’un circuit qui assainit votre environnement intérieur grâce à un système d’extraction, plus ou moins puissant, autoréglable ou hygroréglable. Selon vos besoins et en fonction de la surface de votre habitation, vous devez bien entendu évaluer quelle taille de VMC choisir.

Les différents modèles de ventilation mécanique contrôlée

Il existe plusieurs modèles de ventilation mécanique contrôlée. Voici quelques précisions pour vous aider à définir le type de VMC adapté à vos besoins et la meilleure manière de choisir les bouches de ventilation de cette dernière.

La VMC simple flux autoréglable

La VMC simple flux autoréglable est un modèle d’entrée de gamme. L’air de votre habitation, et plus particulièrement celui de vos pièces humides, est aspiré par le moteur d’extraction, pendant que l’air frais pénètre par les bouches d’aération placées dans les pièces sèches (chambres, salon, etc.). La pose d’une VMC simple flux autoréglable assure ainsi une ventilation continue de votre habitation.

Mais attention, car les inconvénients d’une VMC de ce type sont à prendre en compte avant de faire le choix d’une VMC. Son moteur peut en effet provoquer des nuisances sonores, mais aussi des courants d’air qui occasionnent des pertes de chaleur. Tout cela peut se révéler néfaste pour vous en termes d’économie d’énergie. Toutefois, les avantages d’une VMC simple flux résident dans son coût modéré et son entretien facile.

La VMC simple flux hygroréglable

Le modèle de VMC simple flux hygroréglable permet de régler le débit d’air en fonction du niveau d’humidité de la pièce. Ce type de VMC ne fonctionne donc pas en continu, puisqu’il adapte le degré d’ouverture des bouches d’extraction et des grilles d’aération selon l’importance du taux d’humidité. Certaines bouches d’extraction sont en outre dotées d’un système de démarrage sur détection de présence. Lorsqu’une personne pénètre dans la salle de bains ou dans les toilettes, la VMC se met alors automatiquement en marche.

La VMC double flux

Le modèle de VMC double flux se compose d’un double réseau de gaines, dont la longueur dépend de la configuration de votre maison ou appartement. Le premier aspire l’air vicié des pièces les plus humides, telles que la salle de bains, la cuisine et les toilettes. Le second introduit de l’air neuf à partir d’une seule entrée, souvent située sur le toit. Ce qui fait la spécificité d’une VMC double flux, c’est son échangeur thermique, qui permet de réchauffer l’air entrant grâce à la chaleur de l’air extrait.

Comme vous le constaterez sur le devis d’installation, le prix de ce type de VMC se révèle plus élevé, mais la mise en place d’une ventilation mécanique double flux présente plusieurs avantages :

  • des pertes de chaleur minimes, car l’air insufflé est réchauffé avec l’air extrait, ce qui garantit l’absence de courants d’air et une véritable économie d’énergie qui se traduit par une facture de consommation d’énergie réduite.
  • un meilleur confort de vie, puisque le maintien d’une chaleur constante dans la maison offre un cadre de vie plus agréable et plus confortable.
  • une meilleure qualité de l’air, grâce à un dispositif de filtrage de l’air entrant, qui permet à la VMC double flux de limiter la présence de polluants au sein du logement.

Pourquoi installer une VMC dans votre appartement ou maison ?

La VMC, la garantie d’une meilleure santé

Chaque fois que vous respirez, vous consommez l’oxygène présent dans la pièce et vous rejetez du CO2 et des gouttelettes, sources d’humidité. Par ailleurs, votre intérieur contient de nombreux polluants, tels que les matériaux utilisés lors de la construction, de la décoration ou de l’ameublement de votre logement.

L’installation d’une VMC dans un appartement est ainsi nécessaire pour améliorer la qualité de l’air que vous respirez en intérieur. Elle sera de plus bénéfique pour votre santé, puisqu’elle vous protégera de certaines maladies respiratoires, dues notamment de la présence de moisissures et de spores entraînées par l’humidité dans votre logement. C’est en particulier le cas dans les pièces de service, telles que la salle de bain, la cuisine et les toilettes.

L’installation d’une VMC, une obligation légale

La réglementation sur la performance énergétique des bâtiments impose une ventilation des résidences (maison individuelle, appartement, villa, studio, logement collectif, etc.). Elle s’applique depuis 2006 en Belgique. Toute construction neuve doit ainsi être équipée d’un système de ventilation automatique. L’installation d’une VMC dans une maison neuve ou dans un appartement est désormais une obligation légale, tout comme dans une habitation ancienne rénovée. Renseignez-vous pour savoir s’il est possible de bénéficier d’aides financières pour l’installation d’une VMC chez vous.

La VMC, une optimisation énergétique

Dans le cadre de travaux de rénovation énergétique ou d’une construction neuve, la mise en place d’une ventilation mécaniquement contrôlée vous permet d’optimiser votre dispositif de chauffage. En évitant les écarts de chaleur par la suppression de l’humidité, vous chauffez ainsi plus uniformément votre maison.

Maintenant que vous savez pourquoi il est important d’installer une VMC chez vous, nous allons voir comment brancher cette dernière.

Tout savoir sur l'installation d'une VMC-2

Comment faire pour installer une VMC dans une salle de bain, une cuisine ou des toilettes ?

Lorsque vous aurez décidé de vous équiper d’une ventilation mécaniquement contrôlée, vous vous poserez sûrement la question suivante : mais où installer ma VMC ? En installant une VMC dans votre cuisine, votre salle de bain ou toute autre pièce de service, vous assainirez l’air et le renouvellerez, tout en évacuant l’humidité.

La pose d’une VMC est soumise à quelques contraintes techniques en fonction du type de VMC choisi. Dans le cas d’une VMC simple flux, ces dernières sont moins importantes que dans le cas d’une VMC double flux. Pour la mise en place de ce dernier modèle, plus complexe et plus sophistiqué, il est en effet conseillé de faire appel à un professionnel. Mais, savez-vous à quel corps de métier vous adresser pour installer une VMC ? Si ce n’est pas le cas, sachez qu’il vous faudra faire appel à un chauffagiste et à un électricien.

Vérifiez le kit d’installation de votre VMC simple flux

Si vous voulez installer vous-même votre VMC, pensez tout d’abord à vous munir des équipements de protection individuelle nécessaires avant de vous lancer dans les travaux. Vérifiez ensuite que votre kit d’installation de VMC simple flux est bien complet et qu’il comprend :

  • un groupe d’extraction ;
  • des bouches d’extraction ;
  • des manchettes ;
  • des gaines ;
  • des colliers de serrage.

Outre ce kit indispensable, vous devrez aussi :

  • vous assurer que vous disposez d’une alimentation électrique protégée par un disjoncteur et un interrupteur différentiel ;
  • effectuer le câblage du commutateur de vitesse ;
  • relier le conduit d’extraction d’air à une tuile à douille que vous aurez installée sur votre toiture.

Positionnez les manchettes et les gaines

Dans les pièces humides de votre habitation, vous fixerez les manchettes qui accueilleront d’un côté les bouches d’extraction, et de l’autre, les gaines.

  1. Tracez les contours des bouches d’extraction à l’endroit voulu.
  2. Perforez le mur ou le plafond à l’aide d’une scie à cloche, après avoir repéré l’emplacement des fourrures métalliques des plaques de plâtre, à l’aide par exemple d’un détecteur de métal.
  3. Depuis les ouvertures réalisées, tirez les gaines jusqu’au caisson d’extraction, en évitant les coudes.
  4. Fixez les manchettes à la gaine.

Il ne vous reste plus qu’à finaliser l’installation de votre VMC, en effectuant les raccordements nécessaires sur le caisson que vous placerez dans les combles.

Installer la VMC dans les combles pour limiter les nuisances sonores

Coupez d’abord le disjoncteur pour travailler en sécurité, puis montez dans vos combles pour y suspendre le caisson d’extraction. Sa suspension permet en effet d’éviter les vibrations et de limiter véritablement les nuisances sonores. Procédez ensuite au raccordement électrique du caisson, en suivant les consignes de votre kit d’installation. Connectez-y à présent toutes les gaines et prenez soin de boucher les sorties que vous n’utilisez pas. Raccordez enfin le conduit de rejet à la sortie créée dans votre toiture. Vous n’avez plus qu’à fixer les bouches d’extraction aux manchettes installées dans toutes vos pièces humides.

Quel est le coût d’une VMC ?

Si vous faites appel à un professionnel, pensez à faire établir un devis d’installation pour votre VMC. En effet, le coût de la pose d’une VMC varie beaucoup selon le genre d’habitation (neuf ou rénovation), le type de ventilation choisi, la surface de logement à ventiler, la gamme du produit et son niveau de technicité.

Gardez à l’esprit que l’installation d’une VMC double flux coûte plus cher, mais qu’elle est rapidement amortie en raison des économies réalisées sur votre facture d’énergie.

Nous vous recommandons ces autres pages :

45 ans … Ça se fête !
Découvrez nos actions
en février 2024